fripe-rue-de-rivoli

Les friperies… Arnaque ou investissement ?

Bonjour tout le monde ! Comme nous le savons tous, Paris a la délicieuse particularité d’héberger des boutiques plus ou moins abracadabrantes. Le centre s’est d’ailleurs spécialisé depuis la « boboïsation » des quartiers dans la revente de vêtements vintages, déjà portés, boutiques que l’on appelle alors « friperies » ou « les fripes ».

Cependant, ce concept existait bien des années auparavant ! Considérées comme cheap à l’époque (avant les années 2012-2013), il en regorgeait partout dans le Marais notamment, à chaque coin de rue pour être plus précise. Il n’était d’ailleurs pas rare de trouver des sacs de couturier à des prix extrêmement cassés, ou bien même des vêtements vintages, certains griffés, très abordables. Or, ces petites perles ont pour la plupart fermé les unes après les autres en raison de l’arrivée des « kiloShop » ou face à la concurrence de la tendance hipster, qui disons-le est complètement obsolète aujourd’hui. Cette petite mort des friperies et petites boutiques de quartier a donc dévasté le côté village que pouvaient avoir certaines rues, bien malheureusement.

Lors d’une de mes balades dans le Marais, quartier qui regorgeait de friperies comme je l’ai dit précédemment, j’ai donc eu la surprise de découvrir les rues désertées de ces magasins cheap au profit de restaurants ou bistrots hype, vegan, hipsters et tout ce qui accompagne ces concepts. Je suis donc allée fouiner dans plusieurs fripes de la « Résistance », autres que les kiloShop hors de prix et bourrés d’arnaques, pour essayer de tomber sur quelques petites perles… Quelle ne fût pas ma déception !

Tout d’abord, l’amabilité de certains gérants laisse déjà fortement à désirer, un simple bonjour semblant leur brûler la gorge ou leur arracher une dent. Ensuite, il y a toujours beaucoup de pièces marrantes et plus ou moins griffées, mais à des prix nettement supérieurs à la même chose quelques années auparavant. Par exemple, j’avais acheté en 2012 une veste en cuir couleur Camel, comme neuve et je l’avais payé 15€. J’ai retrouvé quasiment la même en 2016, un peu plus abîmée et de moins bonne qualité ; elle était à 40€. Plus du double ! J’ai tout de même noté qu’une seule boutique sur tout le quartier Marais/Rivoli (soit une dizaine de friperies maximum) remplit encore à peu près l’idée de rapport qualité/prix : celle de la rue des Rosiers, où l’accueil est sympathique et leur avis est honnête (un vendeur qui ose vous dire que la pièce essayée ne vous va pas, ça change des vendeurs hypocrites non ?). Malheureusement, la doctrine « je vais aux fripes chercher un costume ridicule ou dénicher une chose exceptionnelle » est à revoir, à moins d’avoir un bon budget.

La seule alternative aujourd’hui à ce vol reste les puces, ou alors les vides-greniers de quartier, où j’ai pu trouver des petites robes de créateurs pour moins de 10€.

En conclusion, faites attention quand vous pensez faire des affaires aux fripes, cherchez bien des pièces authentiques et essayez de négocier légèrement le prix !
J’oubliais, le dernier inconvénient mais insolvable, ce sont les tailles qui nous correspondent ou non… Mais cela, ça reste la satisfaction magique de la pièce coup de cœur qui en plus nous va bien ! 😉

fripe-rue-des-rosiers
Friperie Rue des Rosiers
fripe-rue-du-roi-de-sicile
Friperie Rue du Roi de Sicile

Comments

comments

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email